POURQUOI L’ASSURANCE-MÉDICAMENTS?

Les syndicats du Canada sont fiers d’avoir pu obtenir une couverture d’assurance-maladie complémentaire à leurs membres. Mais nous croyons que toute personne titulaire d’une carte d’assurance-maladie devrait bénéficier d’une assurance couvrant les médicaments dont elle a besoin. C’est pourquoi les syndicats se mobilisent pour obtenir la mise en place d’un régime universel d’assurance-médicaments qui protège toute la population du Canada, peu importe le niveau de revenu, l’âge ou le lieu de travail ou de résidence.

Le chaînon manquant de l’assurance-maladie publique

Aujourd’hui, l’hôpital est le seul endroit où les Canadiennes et Canadiens sont couverts. Le gouvernement fédéral couvre le coût des médicaments sur ordonnance pour les membres des Forces armées et de la GRC, les anciens combattants et les peuples autochtones.

Les provinces et territoires offrent tous une couverture différente. La plupart couvrent les médicaments pour les personnes plus vulnérables, telles que celles de plus de 65 ans et celles qui reçoivent de l’aide sociale et des prestations d’invalidité. Bon nombre offre également la couverture des médicaments onéreux pour ceux qui sont aux prises avec des frais médicaux faramineux.

Cela dit, un individu sur cinq au Canada continue à devoir payer de sa poche, soit parce qu’il n’a pas d’assurance-médicaments, soit parce que son assurance ne couvre pas la totalité des frais.

Les chiffres

  • Environ 8,4 millions de travailleuses et de travailleurs canadiens n’ont pas d’assurance-médicaments.
  • Plus le salaire est bas, moins il est probable de bénéficier d’une assurance-médicaments.
  • Les femmes et les jeunes travailleurs et travailleuses bénéficient plus rarement de l’assurance-médicaments dont ils ont besoin.
  • Même ceux qui ont une assurance-médicaments doivent débourser davantage en raison des coassurances et des franchises qui augmentent continuellement.

L’assurance-médicaments se justifie sur le plan économique

Le Canada est le seul pays développé au monde muni d’un système de santé universel dépourvu d’un régime d’assurance-médicaments. Au contraire, le système canadien à payeurs multiples a placé le Canada au deuxième rang mondial des pays où les prix pour les médicaments sur ordonnance sont les plus élevés, derrière les États-Unis.

Notre régime morcelé d’assurance-médicaments se révèle inefficace et coûteux. Les Canadiennes et Canadiens doivent composer avec de grosses différences de couverture et d’accès aux médicaments sur ordonnance. Beaucoup d’entre eux reçoivent des remboursements qui varient pour le même médicament.

Le système actuel ne profite pas à la population, mais l’industrie pharmaceutique et les compagnies d’assurance privées y gagnent beaucoup. Les compagnies pharmaceutiques peuvent augmenter les prix des médicaments en raison du grand nombre d’acheteurs. Les compagnies d’assurance privées y gagnent en facturant aux employeurs, aux syndicats et aux employés des frais pour la gestion des régimes privés d’assurance-médicaments.

family with nurse

Il est temps que le Canada rattrape son retard. Il est temps d’ajouter le fameux chaînon manquant au système canadien d’assurance-maladie : un régime d’assurance-médicaments universel qui permettra de réaliser des économies grâce à l’approvisionnement en gros.

En Nouvelle-Zélande, où une agence gouvernementale négocie l’approvisionnement pour tout le pays, une année de traitement au Lipitor, un médicament qui combat le cholestérol, ne coûte que 15 $, par rapport à 811 $ au Canada.

C’est pourquoi le Canada doit réunir le pouvoir d’achat de tous les Canadiens et Canadiennes sous un même régime. En investissant un milliard de dollars par an, le gouvernement fédéral permettra aux Canadiennes et aux Canadiens d’économiser 7,3 milliards de dollars par an sur le coût des médicaments qui leur sont prescrits.

La population canadienne dit « OUI » à l’assurance-médicaments

Une très grande majorité – 91 % – de la population canadienne estime que notre système public de soins de santé doit comprendre un régime universel d’assurance-médicaments.

Plusieurs commissions nationales sur les soins de santé ont fait la même recommandation, soutenues par l’Association médicale canadienne, la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers, les Médecins canadiens pour le régime public, la Fédération canadienne des municipalités, la Coalition canadienne de la santé, le Conseil des Canadiens et le Congrès du travail du Canada.

Les premiers ministres des provinces ont également manifesté leur soutien. Le gouvernement de l’Ontario, par exemple, a annoncé la mise en œuvre d’un programme ciblé d’assurance-médicaments qui couvrira la totalité des coûts des médicaments sur ordonnance pour toutes les personnes de moins de 25 ans.

Mais les mesures disparates ne suffisent pas. Nous avons besoin que le gouvernement fédéral s’engage à la mise en œuvre d’un régime national et universel d’assurance-médicaments administré par l’État pour chaque Canadien et Canadienne, dans chaque province et territoire.

petition-button