L’assurance-médicaments : pour le bien de tous

Merci de vous être engagé à faire part de vos commentaires sur l’assurance-médicaments au Conseil consultatif.

Suivez les instructions ci-dessous pour lancer le questionnaire.

 

Le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments veut vous entendre! C’est l’occasion de livrer un message qui aide à obtenir un régime pour tous.

Le questionnaire prend environ une quinzaine de minutes à remplir et comprend à la fois des questions à choix multiples et des espaces pour vos commentaires. Nous avons créé des conseils pratiques pour vous aider à décoder le jargon et s’assurer que vous êtes en mesure de fournir des réponses éclairées.

Voici trois points clés que, selon nous, le Conseil consultatif doit entendre :

1. Un système morcelé ne suffit pas
Nous sommes très préoccupés par le fait que le gouvernement fédéral examinera un modèle inadéquat qui, de manière euphémique, ne fait que « combler les lacunes ». Imaginez si notre système de santé avait été créé de cette façon – avec un traitement inégal et injuste. Non merci.

2. Les cinq principes de la Loi canadienne sur la santé doivent s’appliquer
Dans la Loi canadienne sur la santé, il est indiqué que notre système de santé est fondé sur les cinq principes suivants : l’universalité, l’accessibilité, l’intégralité, la gestion publique et la transférabilité. Ces principes doivent également s’appliquer à l’assurance-médicaments.

3. Nous POUVONS nous permettre une assurance-médicaments 
L’assurance-médicaments universelle doit être fondée sur un système à payeur unique qui permet de faire des économies. C’est ce que le Bureau parlementaire du budget a confirmé dans un rapport publié l’automne dernier. Le principe ici est que toute personne, peu importe son âge, son revenu et son lieu de résidence, devrait pouvoir se procurer les médicaments dont elle a besoin. Il n’est PAS question d’augmenter les impôts ou de créer un système morcelé avec des primes ou des coûts initiaux comme des coassurances ou des franchises. Ces notions sont répandues par l’industrie de l’assurance et les sociétés pharmaceutiques. Il s’agit de donner la priorité à l’assurance-médicaments universelle, de la même façon que nous avons donné la priorité à l’universalité des soins de santé. 

Vous avez maintenant les principaux arguments à portée de main! Êtes-vous prêt?

(Si vous voulez davantage de détails sur la façon de répondre à chaque question du questionnaire, téléchargez ces lignes directrices de l'Association canadienne des centres de santé communautaire. Cliquez ici.)

(Assurez-vous de consulter ces conseils quand vous remplissez le questionnaire.)